Padayachy: “Aucun salarié ne paiera plus de 25 % d’impôt sur son revenu total”

“Aucun individu à Maurice ne paiera plus de 25 % d’impôt sur son revenu total, et cela quel que soit son revenu ! Son taux d’imposition effectif sera toujours forcément en deçà de 25 %”: c’est ce qu’a affirmé le ministre des Finances et de la Planification économique et du Développement, Renganaden Padayachy. C’était lors de son Summing-Up sur le Budget 2020-2021, au Parlement, hier, mardi 16 juin.

De ce fait, le ministre Padayachy a fait référence au Solidarity Levy qui qui a fait l’objet des débats, est calculé au taux de 25 % et plafonné à 10 % du revenu net plus les dividendes d’un contribuable, soit 10 % du « leviable income ».

“Le Solidarity Levy est payable par un particulier résident, mauriciens et résidents étrangers, sur les revenus imposables supérieurs à 3 millions de roupies par an”, a affirmé Renganaden Padayachy. “Le revenu sujet à imposition et prélèvements, le « leviable income », d’un particulier est la somme du revenu net et des dividendes, moins le montant d’exemption de revenu qui dépend du nombre de personnes à charge”, a-t-il ajouté.

Ainsi, il a soutenu que seul environ 0,2 % de la population en est concerné par cette mesure et que 99,8 % de la population en sont exemptés

Taux d’imposition moyen

En effet, un individu sans personne à charge percevant Rs 3,4 millions par an au titre de son revenu net annuel paiera Rs 1 269 supplémentaires par mois. Cela signifie que son taux d’imposition moyen passera de 13,6 % à 14,1 %, soit une augmentation d’à peine 0,5 point de pourcentage. 

De même, un individu sans personne à charge percevant Rs 13 millions de revenu annuel net, soit 1 million de roupies par mois, verra son taux d’imposition moyen passer de 18,2 % à 24,6%, a-t-il expliqué. “Soit, une augmentation de 6 points de pourcentage, c’-à-d, Rs 64 000 par mois, pour des revenus de 1 million de roupies”, a souligné le ministre Padayachy. 

Par comparaison, il a souligné qu’en Inde, le taux marginal d’imposition maximal sur les revenus est de 30 %; en Australie et au Royaume-Uni, il est de 45% et au Danemark, il est même de 56%.

Le ministre des Finances a argué qu’avec un taux d’imposition sur les revenus maximal de 25%, “Maurice est loin d’assigner ses contribuables à un régime fiscal dur et punitif.” 

“A la lumière de ces éléments, rendez-vous compte de la mauvaise foi et de la bassesse de l’opposition qui est prête à mettre la faucille et le marteau dans la main de notre gouvernement tant elle est dépourvue de tout argument tangible”, a  déclaré le ministre Padayachy..

“Tempête économique” 

Revenant sur la clôture des débats sur le Budget 2020-2021, Renganaden Padayachy a affirmé que cet exercice, incontournable auquel se prêtent tour à tour les ministres de Finances a cette fois-ci “revêtu un caractère tout à fait particulier.” 

“Intervenant au milieu d’une tempête économique, notre devoir était de garder le cap. Garder le cap, cela veut dire préparer la période post-Covid-19 sans sacrifier nos finances publiques sur l’autel de l’irresponsabilité. L’équilibre budgétaire n’est pas une chimère, il est un objectif que nous avons atteint”, a soutenu le ministre des Finances. Cela avant d’ajouter: “Cela signifie également de rester fidèle à nos convictions et à notre philosophie. Justice sociale, prospérité économique et développement durable ont été, sont et resteront au cœur de l’action publique de ce gouvernement.” 

Soulignant que la face du monde a changé et que l’inconnu s’est emparé du quotidien des Mauriciens, le ministre Padayachy a maintenu: “Soyez-en assurés, notre motivation à respecter nos engagements, n’a, elle, pas tari. Elle s’est dévoilée à tous avec encore plus de force et d’opiniâtreté pour toujours mieux servir nos concitoyens Mauriciens”.

“Mesures exceptionnelles”

Il a fait remarquer que le plan économique, l’action gouvernementale s’est manifestée avec la même ténacité. “Dès le 10 mars dernier, nous avons déployé un ensemble de mesures exceptionnelles pour venir en aide aux ménages et entreprises mauriciennes touchés de plein fouet par la pandémie”, a-t-il dit. 

Le ministre Padayachy a rappelé que la 1ère phase, celle du soutien d’urgence, a permis d’éviter une catastrophe d’une ampleur jamais observée. “Coute que coute, nous avons tout mis en œuvre pour éviter une crise financière, bancaire et sociale. C’est à travers des mesures inédites comme le Wage Assistance Scheme, à destination des employés percevant jusqu’à 50 000 roupies par mois, et le Self-Employed Assistance Scheme, soulageant les indépendants et le secteur informel, que le Gouvernement est venu directement en aide à plus de 460 000 actifs”,  a affirmé Renganaden Padayachy. 

Il a  argué que le government n’avait pas mis en place et étendu ces régimes d’aide exceptionnelle, le nombre de chômeurs aurait monté en flèche et actuellement le spectre des 100 000 chômeurs aurait pu être une réalité.   

Il a souligné qu’en outre du Programme de soutien de la Banque de Maurice, le Plan de Soutien aux Entreprises a permis d’apporter une soupape de décompression aux entreprises en difficulté.

Principaux axes stratégiques

“C’est dans ce contexte, que j’ai tenu, avec l’appui de notre Premier Ministre, à faire de ce Budget un vecteur d’espoir et d’unité”, a soutenu Renganaden Padayachy. “Ce Budget est notre contrat social”, a-t-il renchéri.  A ce titre, il a salué l’adhésion générale de la population mauricienne et des esprits indépendants à l’égard des annonces faites lors de la présentation du Budget, ainsi que le soutien de ses collègues parlementaires lors des débats qui s’en sont suivis.

Dans un autre volet de son intervention, Renganaden Padayachy a passé en revue sur les principaux axes stratégiques pour une “relance robuste de l’investissement et de l’économie”: 100 milliards de roupies; construction dans les trois prochaines années de 12 000 logements sociaux; Rs 40 milliards investis dans de grands projets d’infrastructures; mise en place d’un National Agri-Food Development Programme et à la création d’une Land Bank; fabrication des médicaments; mise en place de la  Mauritius Investment Corporation (MIC); Rs 20 milliards destinées aux PME; Rs 10 milliards aux PME à travers la DBM à des taux préférentiels à 0,5 % par an, entre autres. “Nous allons continuer à protéger les emplois, notamment à travers le Wage Assistance Scheme (WAS) et le Self-Employed Assistance Scheme (SEAS)”, a-t-il dit. 

Pour le Grand Argentier, s’il y  bien des leçons à tirer de ces derniers mois, la première serait sans doute celle de l’humilité et du courage. “C’est dans cet esprit que le Budget 2020-21 a été pensé, à travers une logique humaniste de redistribution et d’innovation”, a  déclaré le ministre Padayachy avant de renchérir: “L’opposition offrait la misère et les larmes pour le peuple. Nous, nous leur proposons l’honneur et l’espoir.”

Padayachy: “Aucun salarié ne paiera plus de 25 % d’impôt sur son revenu total”



Source link

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

L'impact de la Covid-19 sur les villes africaines : un rapport lancé par la CEA

Read Next

À Rodrigues : 45 plantes de cannabis déracinées