Opération ‘Rass movai lerb‘

Ils étaient visiblement très en colère lors du regroupement organisé par Affirmative Action ce dimanche. Hormis les revendications sur les droits légitimes et le manque d’égard à l’encontre de la communauté créole, certains se sont exprimés sur les agissements des profiteurs qui ne cessent de s’enrichir grâce aux malheurs des créoles.

Parmi les noms qui figurent en haut de cette liste on retrouvent évidement le prêtre Jocelyn Grégoire ainsi que toute la racaille de Lee Shim, mais aussi celui de Jimmy Jean Louis, l’esclave de la Kwisine. Ce dernier connu dans le milieu comme le pire des mercenaires en Afrique, est actuellement Chief Executive Officer de XOURNAL et animateur chez la station Wazaa FM. De 2005 à 2014, Jimmy Jean Louis était un fervent partisan du PTR. Au point de convaincre la direction de Top FM de d’accorder le sacre de ‘L’Homme de l’année’ a Navin Ramgoolam a deux reprises. Durant cette même période il soutirait de l’argent aux députés du MMM. En 2010 il avait collecté plusieurs centaines de milliers de roupies pour des soins médicaux qui avait étés offert gratuitement par l’ancien CEO de la BAI, Saleem Beebeejaun. Dans les colonnes du journal de Mario Flore, la voix Kreol, Jimmy Jean Louis faisait chanter ses victimes sous la plume de Madiba. Ses anciens collègues estiment que Jimmy a dû amasser des dizaines de millions au bout de ces cinq dernières années. Une grosse partie de l’argent provient des insertions publicitaires venant du gouvernement et les compagnies étatiques. Dans plusieurs cas, les pages de publicités ne sont pas publiées. Son secret est très simple. Il fait croire au pouvoir qu’il a une emprise sur la communauté créole. En public il joue le misérable sans un sou et ose se plaindre de ses misères auprès des démunis. Une chose est sûre, les créoles en ont marre d’être traité de la sorte et ils se sont décidés à faire le ménage.

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

SME Financing Scheme – Credit Facilities as at 30 June 2020

Read Next

Les centres de formation artistique rouvrent leurs portes